Le « vampire facelift » est l’une des dernières tendances en matière de soins de la peau. Ce traitement est parfois aussi connu sous le nom de « vampire facial ». Cette intervention médico-esthétique peut parfois sembler effrayante au premier abord, mais les résultats indéniables qu’il procure a permis au « vampire facelift » de se bâtir un grand bassin d’adeptes. 

Ce traitement s’est montré efficace pour améliorer l’apparence des cicatrices et cicatrices d’acné, des rides et ridules, du relâchement cutané, des pores de la peau ainsi que de certaines taches pigmentaires.

 

En quoi consiste ce traitement exactement?

Ce traitement est en fait une combinaison de microponctures et d’application de PRP (plasma riche en plaquettes).

La microponcture consiste à effectuer des traumatismes miniatures au niveau de la peau. Le principe sous-jacent est simple, suite aux microperforations subies lors du traitement, la peau entamera un processus pour se réparer. Produisant alors l’induction des fibres d’élastine et de collagène qui sont des protéines essentielles à l’élasticité et à la structure de la peau.

En vieillissant, la peau produit naturellement de moins en moins de collagène et d’élastine, résultant ainsi en l’affaissement des structures du visage. Cette affirmation est surtout véridique chez la femme puisqu’on sait que les bouleversements hormonaux ont un grand impact sur la composition de la peau. De plus, l’exposition prolongée au soleil endommage aussi les fibres de collagènes présentes au niveau du derme.

Lors du « vampire facial », il y a combinaison avec l’application du PRP prélevé par ponction veineuse. Votre propre sang prélevé est par la suite centrifugé afin de récolter le plasma riche en plaquettes. Les bénéfices du PRP sont nombreux, car il contient un taux élevé de facteurs de croissance stimulant et augmentant le renouvellement cellulaire.

De plus, avec l’ajout du PRP au traitement de microponcture, le temps de récupération de la peau est plus court. En comparaison, l’ajout de PRP à votre traitement est semblable à l’ajout d’engrais à une plante, lui permettant de croître et de fleurir plus rapidement et avec plus de vigueur. Donc, le traitement de microponcture est ainsi bonifié à son plein potentiel.

 

Quelle est la différence entre la microponcture, le microaiguillage/ microneedling et les rouleaux à microaiguilles?

Ces trois traitements visent la régénération de la peau par l’induction de collagène et d’élastine. Par contre, de grandes différences existent entre les trois procédés.

Le microneedling/ microaiguillage est une procédure populaire effectuée dans divers salons d’esthétique. Il existe une multitudes de dispositifs de microaiguillage utilisés pour créer des microperforations. Ceux-ci n’offrent pas tous la même précision et l’efficacité de ces dispositifs peut grandement varier d’un salon à l’autre. De plus, la profondeur des aiguilles varie généralement entre 0,5mm et 1,0mm.

Quant à lui, le rouleau à microaiguilles (derma roller) se présente sous forme d’un cylindre muni de fines aiguilles relié à un manche permettant de le passer sur la peau. Sa profondeur varie entre 0,25mm et 0,5mm. Ses aiguilles n’étant pas perpendiculaires à la peau, il peut causer des lacérations plutôt que des ponctures, accroissant ainsi la rougeur, l’inflammation et le temps de récupération. De plus, le derma roller est un appareil voué à des utilisations multiples. Le risque est alors plus grand de contracter une infection ou d’effectuer le traitement avec des aiguilles qui sont endommagées.

La microponcture médicale est un traitement dont l’utilisation est réservée aux cliniques médico-esthétiques. Donc, cliniques où les traitements sont effectués sous supervision et direction médicale. Le dispositif de microponcture médicale qui est utilisé à la clinique Medico Derma est une technologie approuvée par Santé Canada et par la FDA (U.S. Food and Drug Administration) et peut effectuer des traitements allant jusqu’à une profondeur de 2,5mm, visant ainsi le derme profond. Le dispositif est muni de 14 aiguilles stériles qui produisent 98 000 microperforations par minute. Il est aussi constitué de manière à empêcher la contamination du dispositif par les liquides biologiques libérés lors du traitement, ce qui procure une plus grande sécurité pour les patients.

 

Cynthia Fournerie
Infirmière clinicienne
&
Frédérique Hudon
Technicienne en médico-esthétique